Architecture

L’architecture de la Chapelle s’inscrit dans un contexte de Contre-réforme et prend comme modèle le plan de l’église jésuite du Gésu à Rome.

Elle suit les principes énoncés lors du Concile de Trente : un chœur peu saillant, une nef large bordée de chapelles latérales qui s’ouvrent sous des arcades. Le décor est fait de pilastres et de la superposition d’ordres architecturaux. En France, ce modèle architectural se diffuse grâce au père Jésuite Martelange.

La façade reprend les codes du baroque français à travers le maintien d’un ordre rigoureux adouci par des effets maniéristes (guirlandes de fruits et légumes, têtes grotesques, guirlandes de feuilles de chênes etc.).

Au début du 19ème, le chœur est agrémenté de trois tableaux : Un Christ en croix de Serangeli en 1806, la Résurrection de Lazare par de Loras en 1806 et enfin le Bon Samaritain par Chabord en 1809.

Les vitraux sont mis en place au milieu du 19ème siècle, ils ne sont pas figuratifs et reprennent des motifs géométriques sur fond de grisaille.

Tableau de Thomas Blanchet