Son histoire

Le chantier de construction de la Chapelle débute en 1637 grâce aux dons de riches bienfaiteurs lyonnais. Le chœur de la Chapelle est construit en premier grâce aux dons de la Confrérie des Maitres Drapiers Lyonnais. Les chapelles latérales sont elles financées avec les dons des Lyonnais. Malheureusement il est interrompu en 1639 à cause d’une épidémie de peste qui décime la population lyonnaise dont l’architecte Guillaume Ducellet.

La Chapelle est consacrée sous le vocable Notre-Dame-de-Pitié en 1645, en effet le symbole de l’Hôtel-Dieu était une Pieta, c’est-à-dire une Vierge pleurant son enfant qu’elle tient entre ses bras.

Une des caractéristiques de cette Chapelle, est qu’elle est, contrairement aux chapelles hospitalières traditionnelles, orientée à la fois sur la ville et sur l’hôpital. En effet, les malades et les sœurs et frères hospitaliers pouvaient assister à la messe grâce à des tribunes directement reliées à l’Hôtel-Dieu.

La Chapelle est pilée lors de la Révolution Française et son décor intérieur est détruit à l’exception de la Vierge de Mimerel et des grilles en fer forgées.

Ses utilisations lors de cette période trouble sera multiples puisqu’elle sera transformée en atelier de poudrerie et servira de maternité aux jeunes mères et leurs enfants lors du bombardement de l’Hôtel-Dieu en 1793 durant le Siège de Lyon.

Fonction qu’elle retrouvera également en 1944 lors de l’incendie du Grand-Dôme de Soufflot.

Des restaurations sont entreprises au 19ème siècle, les premières ont lieu entre 1802 et 1809.
La façade est réornementée d’une Pieta et le chœur réaménagé. La deuxième phase de restauration commence en 805. En 1866, Denuelle créé un d’un grand décor peint en trompe-l’œil  recouvrant 5000 m2.

En 1905, Tony Garnier envisage la désaffection de l’Hôtel-Dieu et la destruction de la Chapelle. Finalement, seul sera détruit l’hôpital de la Charité dont il ne subsiste aujourd’hui que le clocher de sa chapelle.

Afin de l’inscrire dans un projet de protection durable, la Chapelle est classée Monument Historique en 1941. Les œuvres d’art qu’elle contient (peintures, mobiliers, groupes statuaires) seront aussi classées par la suite.